samedi 31 octobre 2015

Instantanés d'Halloween

Halloween est une fête que j'apprécie assez. Forcément ça rime avec bonbons, décorations, DIY, maquillage terrifiant et costumes… je ne peux donc qu'aimer ! 


Même si en France ce n'est pas vraiment une tradition ancrée, j'aime être la seule de la rue à mettre des citrouilles à ma porte et des fantômes sur ma grille. 


Une semaine avant j'aime bien traîner sur les réseaux sociaux à la recherche d'inspiration. Pinterest notamment regorge de bonnes idées !


Niveau déco cette année, j'ai uniquement acheté un paquet de fausses toiles d'araignées et des petits lampions chauve-souris. Le reste est du DIY ou de l'ancien. 


Pour la nourriture, bien sûr des bonbons en masse, mais aussi des petites bananes-fantômes ainsi que des spider-oreos ^^ 





  Les fantômes - bananes et les oréos araignées (oreos + réglisses + yeux comestibles)


Le chat lampion accroché au plafond


Les citrouilles miniatures, un légume dont je n'ai pas retenu le nom :) 


La chauve-souris terrifiante, faite de papier maché et de cintres métalliques pour la structure. 


Le fantôme volant  : un vieux bout de rideau et une boule de polystyrène.


Le bougeoir momie : un pot en verre et des bandes de sparadrap 


La table au complet


Joyeux halloween !! 

jeudi 8 octobre 2015

J'y ai cru

Pour ceux d'entre vous qui ne le savent pas encore…je suis au chômage. Bien grand mot pour dire que je suis à la recherche d'un emploi depuis officiellement un an (même si j'ai eu quelques CDD entre temps). 



Je scrute quasi quotidiennement les sites de recherche d'emplois, je suis à l'affût de la moindre nouveauté. Mais, comme je m'en doutais, les offres se font relativement rares

Il y a celles où j'ai postulé sans grande conviction, sachant bien que je ne "correspondais" pas vraiment au poste. 
Il y a celles, plus rares, où j'ai réussi à décrocher un entretien, sachant que je n'avais pas non plus les compétences nécessaires au poste.

Et puis il y a celles qui correspondaient presque à ce que je cherchais, les annonces qui redonnent espoir en quelques secondes.
C'est donc à cette mission de 8 mois que j'ai candidaté.



L'entretien arrive, j'y crois, je suis sûre qu'il n'y aura que très peu de candidats pour ce poste un peu contraignant.
J'y crois malgré le fait que je n'ai que peu d'expériences : ce poste sera le mien !
Après une semaine toujours pas de nouvelles, et puis un jour le téléphone sonne. J'y crois : on n'appelle pas un candidat quand il n'est pas retenu.
Je décroche, oui c'est bien moi, je me rappelle de vous, j'ai la boule au ventre… Ah. Ma gorge se serre… oui évidemment vous choisissez quelqu'un qui correspond mieux. Mon estomac se noue et je m'efforce de ne pas craquer au téléphone, je ravale ma colère.



J'y ai cru. Vraiment.
Et je commence à me demander après un an, ce qui ne va pas chez moi.

La prochaine fois, c'est décidé, quand j'irai à un entretien, je laisserai mon espérance au seuil de la porte, bien loin de moi, comme ça je ne serais plus déçue.

A chaque refus, la confiance s'effrite, c'est fou comme un simple "non" vous fait tout remettre en cause.

Je ne suis pas encore résignée à faire un travail non diplômé, pas tout de suite, je n'ai pas autant donné dans mes études pour en arriver à ce point là.

J'attends, j'attends l'employeur qui voudra bien me donner la chance d'acquérir plus d'expériences. Et celui qui prendra ce risque-là, je ne lui ferais pas regretter.
Et là, c'est promis, j'y croirais de nouveau.



Alors voilà, c'est comme ça que je l'annonce à tous : je n'ai pas eu ce poste.

(Et à tous ceux qui recherchent un travail : bon courage ♥ )



H.